BULL 7000 - The ultimate sport-cruiser sailing boat - contact@bull7000.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Trucs et astuces

Fil des billets

dimanche 22 octobre 2017

Quille - question

La quille sabre coulisse dans le puits, et est fixée par une vis traversante.
Cette fixation en un seul point amène, dans certaines conditions, essentiellement par petit temps avec un peu de mer, des mouvements un peu gênants de la quille qui pivote légèrement autour de la vis dans son puits. Ce problème semble lié au système retenu sur les bateaux construits en Angleterre, modifié par rapport au mécanisme australien original?
Dès que le vent monte un peu, la gîte et la vitesse calent la quille, et le phénomène disparaît.
Quelles solutions à ce problème?
- Des cales dans le puits ou en sortie inférieure, si l'on ne remonte la quille qu'exceptionnellement (Méditerranée)
- Un changement du système de cales ? Comme sur cette photo ???

Cales Quille
- Une deuxième goupille ou vis traversante, en arrière de la première, pour bloquer la quille en deux points ? Mais au risque de la fragiliser à terme ? Et sans savoir précisément où est l'âme en acier...

Bosses de ris

Mon bricolage "minimaliste" pour installer une deuxième bosse de ris sur le bateau, sans grosse modification.
Une poulie plat pont qui sert désormais pour le point d'écoute, et un taquet coinceur en vis à vis du premier pour la deuxième bosse, qui utilise l'une des poulies de bout de bôme. Le renvoi pied de mât permet de rendre le système "auto-bloquant" lors de la prise de ris.

Bosse ris 1

Bosse ris 2

Trucs et astuces

Quelques modifications et aménagements trouvés au hasard des pérégrinations sur le web.

Etanchéité du coffre hors bord
L'eau a tendance à rentrer par les trous de la chaise, à la gîte.
Une plaque réversible (plaque métallique doublée d'une épaisseur de mousse dure) permet de régler le problème. Hors bord rentré, plaquée contre l'ouverture arrière, elle assure l'étanchéité. Hors bord sorti, les encoches pemettent le passage de la chaise en réduisant très fortement les interstices.

Plaque 1
Plaque 3
Plaque 2
Plaque 4

A noter que d'autres ont opté pour une solution radicale, parfois imposée par le changement de moteur: les 4 temps modernes ne rentrent pas dans le coffre, et imposent donc le montage d'une chaise. On en profite pour la fixer sur un tableau arrière reconstitué, en raccourcissant de quelques centimètres la partie arrière du coffre bâbord.

AR 4
On peut noter au passage la cage de safran.
Les premiers modèles du Bull ont en effet un safran fixe, dont le démontage impose de sortir l'axe pour le désolidariser des fémelots. Vu sa longueur (1,25m), c'est compliqué de le mettre en place à flot.
Les bateaux ont ensuite été munis d'un safran "sabre", coulissant dans une cage qui reste à poste, comme sur cette photo, solution nettement plus pratique.

Une modification de la cage de safran vue en Australie, inclinée sur l'axe et donc amenant une certaine compensation du safran:

Safran compensé

Drisses mouflées:
Permet de réduire la compression dans le mât, et de hisser sans avoir besoin du winche, grâce à la démultiplication 2:1

Drisse foc moufflée
Drisse GV moufflée

Aménagement du cockpit pour équipage réduit:
Avec des renvois des écoutes de foc et de spi

Renvois cockpit

Jupe
Rallonge la longueur de flottaison, mais impose un aménagement de la chaise du hors bord et de la fixation du safran. En n'étant pas des plus gracieux...

Jupe

Guindeau électrique pour la quille:

Evite les 130 tours de manivelle...

Guindeau Quille 1
Guindeau Quille 2

Points d'attention - Hublots - Fixation de l'étai

Un premier point d'attention sur nos bateaux un peu anciens et dont la construction a employé parfois des solutions un peu "cheap": les hublots de la couchette arrière:
Un autre propriétaire a attiré mon attention sur ce problème que j'ai eu aussi: les hublots se décollent avec le temps, et cessent d'être étanches.
Ce qui est gênant, car ils passent sous l'eau à la gîte, entraînant des entrées d'eau sur la partie arrière de la cabine, que j'attribuais à tort à un manque d'étanchéité des descentes.
Le problème peut être résolu facilement en les recollant au Sicaflex (translucide), mais n'en reste pas moins traître car peu visible. Contrairement aux entrées éventuelles des hublots de roof, qui ont aussi tendance à se décoller, mais normalement n'ont pas vocation à passer sous la ligne de flottaison...

Un autre point d'attention est l'axe de fixation de l'étai autour duquel pivote le bout-dehors.
La partie filetée qui l'attache sur l'étrave dans la baille à mouillage peut fatiguer et se rompre. Au moins deux cas rapportés, un en Australie et un autre en France il y a deux ans. Heureusement au portant dans les deux cas, ce qui a évité le démâtage... Et a priori dans une utilisation très "régate" pour le cas français, qui sollicitait l'étai avec des départs au lof et un spi qui bat. Point néanmoins à vérifier régulièrement donc...